COVID-19 & Obtention de prêt, avoir été positif donne t’il lieu à un refus ?

Banque, assurance, emprunteurs, la pandémie du COVID-19 a touché tout le monde. Cependant, quand est-il des répercutions sur l’obtention d’un prêt après avoir été testé positif au virus ? Nous allons voir ça en détails du côté des banques pour pouvoir vous préparer au mieux et répondre à toutes vos questions.


Un prêt immobilier peut s’avérer compliqué à obtenir et engage plusieurs parties. D’un côté, nous retrouvons la banque qui vient en tant que prêteur s’assurer de la viabilité de votre projet et de votre situation médicale et financière pour limiter les risques de non-remboursement. De l’autre côté nous avons l’assurance, elle agit en tant que garant pour prévenir de ces défauts de paiement. L’assurance peut être prescrite par la banque ou par un organisme externe. Ces deux acteurs vont définir le niveau de risque que comporte votre dossier et ainsi déterminer votre obtention ou non du prêt et quel coût ce prêt va représenter. Vos profil et antécédents médicaux jouent un rôle crucial pour chacune de ces parties.


Les différents cas de figure :

Nous le savons le COVID-19 ne touche pas tout le monde de la même manière. Certaines personnes atteintes de ce virus présentent plus de séquelles que d’autres. On retrouve 3 cas de figures suite à un test positif au COVID :

Le cas le plus grave, un séjour en hospitalisation et un arrêt de travail de plus de 21 jours.

Le second cas de figure, un séjour en hôpital avec un arrêt de travail de moins de 21 jours.

Le cas le plus courant, pas d’hospitalisation et un arrêt de travail de moins de 21 jours.


Les banquiers sont inquiets quant à la pandémie et le peu de recul que l’on possède sur la maladie. C’est pourquoi l’on distingue ces 3 cas de figure pour vous permettre de connaitre les différentes conditions qui s’appliquent à chacune.


Séjour en hôpital avec un arrêt de plus de 21 jours,

Dans ce cas, et au vu de la durée d’arrêt que la maladie a engendré, les banques prennent des précautions afin de connaitre les détails de votre état de santé. Vous aurez donc un questionnaire à répondre pour détailler votre état de santé et des informations complémentaires vous seront demandées. Le risque de séquelle lié au COVID-19 le plus grave connu à ce jour sont les troubles respiratoires. L’impact de ces séquelles et le risque qu’elles comportent ne sont pas complètement connu du fait du peu de recul. C’est pourquoi si vous avez été atteint du COVID-19 et que vous avez, suite à votre infection, des séquelles de troubles respiratoires, les banques ajourneront votre demande pour limiter leur prise de risque.


Séjour en hôpital avec un arrêt de moins de 21 jours,

Si votre arrêt de travail est de moins de 21 jours alors vous n’aurez pas de test de santé détaillé à fournir. Néanmoins votre dossier nécessitera une étude plus approfondie, il faut donc s’attendre à des délais de réponses plus long, mais ce n’est pas un motif d’ajournement. Vos antécédents médicaux seront tout de même pris en compte.


Arrêt maladie de moins de 21 jours,

Dans ce cas, le fait d’avoir été positif à la COVID-19 n’aura aucun impact sur votre dossier, ni sur votre capacité d’emprunt. La durée de l’arrêt maladie, quant à lui peut avoir un impact sur votre dossier. Si vous avez été testé positif sans arrêt maladie, vous pouvez déposer votre dossier sereinement. Il est possible que certaines banques ou assureurs effectuent une étude plus précise de votre dossier par mesure de sécurité, suite à un test positif au COVID.


La notion d’arrêt maladie peut poser problème..

En effet, si l’arrêt maladie est de plus de 3 mois, cela va poser problème pour le dossier déposé en banque. Car les banquiers prendront les 3 derniers bulletins de salaire afin de déterminer votre capacité d’emprunt. Or, si vous avez subi un arrêt de travail de 3 mois ou plus, vous aurez subi des pertes sur votre revenu, et cette perte se reflètera sur vos 3 derniers bulletins de salaire et diminuera votre capacité d’emprunt (qui ne peut excéder un taux d’endettement de 35%).

Certains cas de COVID-19 sont appelés « cas longs » car ils nécessitent des arrêts maladie de longue durée (plus de 6 mois) et de ce fait ils sont inéligibles aux demandes de prêt immobilier.

Cependant cette situation est temporaire, et vous pouvez d’ores et déjà préparer votre dossier pour votre demande de finance dès que vous aurez trouvé un rythme de travail normal et que vos 3 derniers bulletins de salaire reflèteront la réalité de vos revenus.


Pour savoir quelles sont les pièces à fournir pour préparer au mieux votre dossier, rendez-vous sur notre page dédié à ce sujet et n’hésitez pas à télécharger notre guide.


Qu’en pensent les assureurs ?

Rassurez-vous, les assurances emprunteur ne considèrent pas le fait d’avoir été positif au COVID-19 comme étant une maladie qui diminue la crédibilité de votre dossier. Il n’y a donc pas de barème spécifique, de hausse de tarif. Ce n’est pas non-plus un motif pour refuser le dossier. Il s’agit d’une maladie comme les autres selon les assurances emprunteur.


Rappel : L’assurance emprunteur peut être proposé et souscrite directement dans la banque prêteuse, ou elle peut être délocalisé et prise à part afin de profiter de meilleurs tarifs. Pour en savoir plus sur l’assurance emprunteur et comment économiser sur le coût de votre prêt, rendez-vous à notre page dédié au sujet.






Source : https://www.mysweetimmo.com/2021/05/24/crise-sanitaire-peut-on-assurer-son-credit-immobilier-apres-avoir-eu-le-covid-19/


3 vues0 commentaire