INFLATION, QUEL SURCOUT POUR LES MENAGES ?



90€, c’est le surcoût pour les ménages, engendré par l’inflation !


D’après l’Insee, en mars 2022, les prix à la consommation étaient estimés avoir augmenté sur un an de +4,5%, +4,8% en avril et elle s’établissait à 5,2% en mai … un triste record…

Selon 60 millions de consommateurs, cela représente un surcoût de 90 € en moyenne par mois pour chaque ménage français, dont 27€ pour la part du carburant à elle seule !


C’est la raison pour laquelle, le ministère de l’Économie somme la Fédération bancaire française (FBF) de formuler des propositions fortes. Dans le viseur du gouvernement, les tarifs bancaires, mais également les frais bancaires en cas de succession.


L’assemblée examine le « plan sur le pouvoir d’achat »


Suite à des mesures jugées suffisantes, Bercy a prévu d’intégrer un volet banque et assurance à son « plan sur le pouvoir d’achat ». Ce projet, ainsi que le budget rectificatif associé, doivent être soumis pour examen à l’Assemblée nationale, d’ici au 6 juillet prochain. Il s’agit de l’un des premiers débats phares qui opposera la majorité présidentielle, les députés RN et NUPES.


Cette mesure s’ajoute au bouclier tarifaire sur l’électricité et le gaz, à l’indemnité inflation, à la revalorisation des retraites. Si les ménages peuvent y voir une bonne nouvelle, ce nouveau projet, s’il est adopté, alourdira par ailleurs considérablement la dette.


Plusieurs mesures sont étudiées dans ce plan de relance pour le pouvoir d’achat qui pourrait contenir un chèque alimentaire pour les plus modestes, la prolongation du bouclier tarifaire pour l’énergie et l’indexation des prestations sociales sur l’inflation.


des frais bancaires de succession qui alourdissent les charges


Suite à une polémique à la Banque Postale il y a quelques semaines, Bercy a présenté sa demande aux banques de mettre fin aux frais bancaires de fermeture de comptes suite à un décès. La Banque Postale a d’ores et déjà choisi de mettre fin à ces frais de succession pour les comptes des mineurs depuis le 1er Juin dernier et d’autres banques comme BNP Paribas ont déclaré avoir suivi l’exemple.

La Federation bancaire française, quant à elle, a assuré réfléchir au sujet. D’après l’association UFC – Que Choisir, ces frais représenteraient au moins 150 millions d’euros pour les banques, ce à quoi la FBF se justifie en indiquant que ces frais sont proportionnés et correspondent notamment à la fermeture du compte, au traitement des avoirs, moyens de paiement et factures en cours, nous indique le journal Les Echos.

5 vues0 commentaire